Plusieurs textes sur le quantisme ont été publiés. Vous pouvez les lire avant celui-ci pour bénéficier de la progression de votre compréhension 🙂

 

Avant d’entrer dans l’amphithéâtre pour un cour de philo, je tenais à vous partager cette métaphore quantique.

Au niveau physique, j’ai utilisé la terminologie scientifique d’usage de « dualité onde-particule ». Une nouvelle fois l’Homme (et ce n’est pas moi) s’exprime en dualité, en créant une opposition pour ce qui est de l’état de l’électron, onde ou particule, avec toutefois un bémol, tout cela dépendrait du regard de l’observateur.

Y-a-t-il réellement dualité entre deux états de l’atome, ou est-ce une dualité intérieure et propre à l’observateur ? Ne serait-ce pas le regard de l’observateur qui crée cet état de dualité ? L’électron quant à lui demeurant Unité ?

Ainsi, je vous propose de vous plonger dans un monde différent…

Le monde du subatomique rapporté sur le plan macroscopique, de manière métaphorique.

Pour ce faire, je vous invite à vous détendre, inspirez, expirez plusieurs fois en pleine conscience, et imaginez, visualisez la scène qui suit. Il s’agit d’une scène de tous les jours que vous et moi pouvons vivre.

Ainsi, imaginez-vous dans une grande surface avec votre compagne, votre compagnon, fils, fille, peu importe. Vous êtes deux personnes en train de faire les courses.

Et puis, pour gagner du temps, vous vous partagez la liste des courses. Ainsi, Vous (l’observateur Quantique) poursuivez votre chemin d’une allée à l’autre et garnissez votre panier.

Pendant ce temps, la personne qui vous accompagne (l’électron) est elle aussi partie remplir son panier. Vous ne la voyez plus, elle est dans d’autres allées.

Bien que vous connaissiez parfaitement la géographie des lieux, la liste des courses à faire, vous ne pouvez à ce moment précis qu’imaginez un faisceau de probabilités. La personne (l’électron) est-elle dans l’allée des fruits et légumes, des conserves, ou autre…

Et pourtant, elle est là. Dans votre rôle d’observateur, vous ne pouvez que constater intérieurement que cette personne, à ce moment précis, est tout simplement un faisceau énergétique, une énergie qui se situe dans un nuage de probabilité. Une onde en mouvement. J’entends par là qu’elle est matière (le corps), elle est existante, en mouvement, seulement, elle est totalement indépendante de votre volonté dans ses déplacements. C’est une énergie (l’onde) qui se meut à part entière, et non plus un corps (la particule). Transporte-t-elle déjà quelque chose dans son panier, vous ne pouvez le savoir, et c’est ainsi. Comme vous ne pouvez savoir avec exactitude où elle se trouve.

Vous ne pouvez pas non plus connaître et savoir le résultat final. Est-ce que la personne aura ou non trouvé tout ce qui se trouve sur sa liste de courses ? Y aura-t-il rupture de stock de l’une ou l’autre chose ?

Tout en garnissant vous-même votre panier, vous passez par l’allée des fruits et légumes pour vous rendre à un autre endroit. La personne qui vous accompagne peut ou non y être. Vous pouvez vous attendre à la voir, seulement, elle peut ou non être déjà passée par là.

Bien que visualisant cette personne comme un corps physique marchant d’une allée à l’autre, en fait, tout cela n’est pas réel dans le sens où la personne peut-être ailleurs, dans un autre endroit que celui que vous lui prêtez, et pourtant, elle est en vie, bien présente au même endroit que vous. Elle est juste Energie, une onde qui parcours les allées.

Ayant fini vos propres achats, vous vous rendez aux caisses. La personne qui vous accompagnait n’est pas encore là. Vous l’attendez quelques instants. Lassé, vous l’appelez sur son portable, et lui demandez où elle se trouve. Elle vous répond être dans l’allée des produit frais, elle arrive.

Dès lors, vous pouvez la visualiser, à cet endroit si précis que vous connaissez bien, reportez votre regard à l’entrée de l’allée des produits frais, et attendre de la voir apparaître.

C’est ainsi que l’onde, l’énergie mouvante de la personne se transforme en un corps, une particule car vous pouvez la voir de loin, se rapprocher.

L’onde, l’énergie en mouvement est devenue corps, matière.

Et pourtant, elle n’a jamais cessé d’être corps / matière / particule en même temps qu’elle n’a jamais cessé d’être énergie / onde.

En ouvrant notre intellect, notre mental, à un degré de compréhension illimité, hors de toutes croyances limitantes, on se rend compte alors que ce corps VIVANT est à la fois énergie / onde.

C’est ainsi,

Que seul le mode de pensée la manière de penser de l’observateur créé soit un corps dans la matière, soit une onde énergétique.

Ce que les scientifiques appellent « dualité onde-particules », je l’appelle personnellement « unité onde-particules ».

Ce corps physique étant à la fois matière, et un faisceau de probabilité en termes de positionnement, de déplacement, de vitesse de déplacement, etc… Donc onde énergétique.

 

Cette si simple métaphore nous permet aussi de comprendre que l’on peut orienter – vers l’obtention d’ un RESULTAT – cette onde énergétique, sans pour autant en connaître le gain.

Comment cela ?

Visualisez-vous retourner dans votre magasin, alors que vous attendez devant la caisse. Vous appelez la personne qui n’est pas encore là, que vous ne voyez pas encore déboucher de telle ou telle allée. Donc dans son état d’onde énergétique. Une fois la communication téléphonique établie vous allez pouvoir verbaliser une pensée, celle qui vient de vous traverser l’esprit, vous avez oublié quelque chose sur la liste de course. Ce faisant, vous lui ordonnez d’aller chercher ce  que vous aviez oublié de noter.

Vous raccrochez. Vous pouvez visualiser la personne – en tant qu’onde énergétique – se déplacer aux fins de chercher ce qui manquait.

Seulement, vous ne saurez pas, ni ne connaîtrez le résultat avant qu’elle ne soit à vos cotés. Y-avait-il rupture de stock ? A-t-elle trouvé ce que vous vouliez ? etc.

C’est ce que l’on appelle l’interdéterminisme en physique quantique.

 

Dans cette fin métaphorique, la conversation téléphonique est la pensée. Notre pensée intérieure. Que nous pouvons ou non verbaliser. Mais là aussi, il faut bien comprendre que toute pensée intérieure (pour nous même) est une verbalisation de quelque chose.

Désormais, vous pouvez retourner au niveau subatomique, au niveau de ce qu’il y a de plus petit en nous, comme dans toute matière, comme dans tout être vivant, et reproduire la même métaphore avec un électron…

Amusez-vous bien dans cette visualisation…

 

Frédéric-Arémis.


Voir dans l'annuaire - Voir dans l'agenda


Recevez les clés du bien-être

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les clés et les conseils des professionnels du réseau Zone de bien-être.

BRAVO ! Vous recevrez très prochainement les premiers conseils et informations.

Pin It on Pinterest