Être perfectionniste nous pousse à toujours vouloir que tout soit parfait, que tout aille bien, que tout se déroule comme le mental l’a prévu !

Le problème avec la recherche de la perfection, c’est que la perfection n’existe pas !

A la recherche du bonheur permanent

Comme je viens de le dire, le perfectionniste va vouloir que tout soit parfait !

En ce qui concerne le bonheur il va donc avoir envie d’être dans un état de bonheur tout le temps et va refuser les émotions dites « négatives » et les moments de « moins bien » car il va assimiler cela à un échec !

Je ne suis pas heureux tout le temps 24h/24 et 7j/7 donc je n’ai pas réussi et je dois faire mieux !

Cela va devenir une obsession et, à force de courir après le bonheur, le perfectionniste va se sentir de plus en plus vide, malheureux car il pense qu’il échoue et cela va l’amener de plus en plus loin de son objectif !

Alors que faire ?

Tal Ben-Shahar oppose le perfectioniste à l’optimaliste !

Pour lui l’optimaliste est celui qui va faire de son mieux, trouver la situation optimale et non parfaite !

Car ne pas être perfectionniste ne veut pas dire ne pas chercher à se dépasser ! Il est important d’essayer de faire de son mieux, d’avancer, … Mais la différence réside dans l’acceptation de ce qui est et dans la non-croyance en la perfection.

Exemple pour un coureur de 100 mètres qui veut passer sous la barre des 10 secondes.

Le perfectionniste :

1er essai = temps de 10.2s
Il a l’impression d’avoir échoué, s’en veut, ressent de la colère contre lui et re-essai.
2eme essai : 9.59s
Il a réussi mais est en colère car il pense qu’il aurait du réussir au premier essai et que c’est seulement 1 seconde en dessous de l’objectif. Il est toujours insatisfait et en colère contre lui-même ou le reste du monde.

Le non-perfectionniste :

1er essai = temps de 10.2s
Il est content d’avoir approché son objectif. Il réfléchi à comment s’améliorer et re-essai avec enthousiasme et

l’envie de se dépasser.
2eme essai : temps de 9.59s
Il a réussi à atteindre son objectif et s’en réjoui. Il se félicite, savoure et analyse les changements qu’il a fait pour reproduire cette performance. Il se sent serein et heureux du travail accompli.

Lequel préferez-vous êtes ?

Dans les deux cas on pourra se dépasser, faire mieux ! Mais la personne ne cherchant pas la perfection profitera de la vie, ne se jugera pas négativement, observera son potentiel, apprendra de ses non-réussites et ira de l’avant.

Si vous avez l’impression de vous retrouver dans le perfectionniste et que vous sentez le besoin de travailler cela, je peux vous accompagner.

Cet article a été publié en premier sur : https://guillaumeruas.com/etre-perfectionniste-empeche-detre-heureux/


Voir dans l'annuaire - Voir dans l'agenda


Recevez les clés du bien-être

Inscrivez-vous et recevez chaque semaine les clés et les conseils des professionnels du réseau Zone de bien-être.

BRAVO ! Vous recevrez très prochainement les premiers conseils et informations.

Pin It on Pinterest